Le petit Larousse des orchidées (Français) Broché – 6 septembre 2017
Le petit Larousse des orchidées (Français) Broché – 6 septembre 2017...
Yaheetech Étagère à Fleurs en Bois Supports de Pots à roulettes Porte Plante 9 Tablettes Escalier Présentoire de Jardin 124,5 x 33 x 120 cm
Yaheetech Étagère à Fleurs en Bois Supports de Pots à roulettes Porte Plante 9 Tablettes Escalier Présentoire de Jardin 124,5 x 33 x 12...

Nom scientifique: Orchidée Phalaenopsis
Origine : Sud-Est d’Asie
Type d’orchidée :Épiphyte
Floraison : Printemps, 4 à 8 semaines
Lieu / Emplacement : Beaucoup de lumière, pas de soleil direct
Arrosage : Par observation, elles ne supportent pas les racines humides.
Humidité : Élevée, 60-70 %
Difficulté : Facile

On vous a donné une orchidée Phalaenopsis et vous ne savez pas comment en prendre soin? Pas de problème vous trouverez quelques conseils qui pourront vous être assez utiles dans cet article.

Parmi les types d’orchidées que l’on peut trouver à la vente, les Phalaenopsis, aussi appelées orchidées papillons, sont les plus courantes. C’est une espèce bien connue et populaire que vous trouverez en vente dans tous les types d’établissements, et pas seulement dans le secteur du jardinage.

Commençons par le début, car l’un des plus gros problèmes que les gens rencontrent pour la première fois avec une orchidée Phalaenopsis est qu’ils ne comprennent pas qu’ils ne sont pas confrontés à une plante normale.

Les orchidées ont la réputation d’être des plantes difficiles à cultiver, qui ne conviennent pas aux mains inexpérimentées. Le problème est différent : elles sont très mal comprises. Quelque chose qui se résout avec un peu d’information. Les Phalaenopsis ou orchidées papillons sont l’option top. En plus d’être exubérantes, elles tolèrent facilement les conditions de l’intérieur de nos maisons.

 

Qu’est-ce qu’une orchidée Phalaenopsis

La première chose que nous devons savoir sur l’orchidée Phalaenopsis est qu’il s’agit d’une plante épiphyte.
Une plante épiphyte vit sur une autre plante, c’est-à-dire qu’elle ne vit pas avec ses racines dans le sol. La plupart des épiphytes sont des plantes parasites, qui se nourrissent de la plante sur laquelle elles vivent.

Dans le cas des orchidées Phalaenopsis, elles ne sont pas des parasites. Elles vivent sur les hautes branches des arbres, cherchant à se rapprocher de la lumière dans les zones ombragées des forêts tropicales. Leur nourriture est obtenue grâce à l’humidité, à l’eau de pluie et à l’humus déposés sur les branches.

La structure de la plante s’est adaptée à cet environnement et à ce mode de vie. La photosynthèse s’effectue à la fois par ses fortes racines vertes et par les feuilles. Mais c’est aussi à partir de ses racines que la nourriture est extraite.

Les feuilles sont d’un vert intense, avec un nerf très marqué et un aspect charnu, car elles servent d’organe de stockage de l’humidité. De la tige courte et épaisse qui relie les racines aux feuilles, au moment de la floraison apparaît ce que l’on appelle la tige florale.

orchidée phalaenopsis entretien

Cette tige florale est faible. Lorsqu’on les achete en fleur, on voit comment les bâtonnets sont attachés avec des petites baguettes et des petites pinces, pour éviter qu’avec le poids des fleurs ne se plie.

De cette tige florale (aussi appelée panicule), quelques bourgeons poussent, d’où apparaissent les fleurs. La plupart des Phalaenopsis en vente sont des fleurs blanches ou magenta.
Peu à peu, des hybrides de Phalaenopsis (un mélange de plusieurs orchidées) apparaissent, avec des fleurs avec des petits points colorés, et avec une floraison plus frappante, comme le jaune ou le magenta vif.

Les orchidées phalaenopsis sont des plantes épiphytes : elles ne s’enracinent pas dans le sol, mais utilisent un hôte comme support (généralement des arbres), pour gagner en hauteur et atteindre des conditions d’éclairage appropriées. Cette tâche est confiée à des racines grandes et fortes, vertes, capables de photosynthèse et parfois de s’échapper du pot en cherchant la lumière.

A courte distance des racines (elles ont une tige courte) naissent les grandes feuilles : allongées, d’un vert intense et avec un nerf central très marqué. Les feuilles ont la vertu de stocker l’humidité, donc si vous les touchez, vous verrez qu’elles ont un toucher charnu.

orchidée phalaenopsis blanche

En floraison, ces orchidées génèrent de longues tiges qu’il faudra former pour éviter des plis. De leurs bourgeons naissent les fleurs, qui, comme vous le voyez sur les photos, peuvent être de différentes couleurs selon la variété (blanches, roses ou même tachetées). On dit que les fleurs ressemblent à des papillons, d’où leur nom. Plus précisément, elles ressemblent à des papillons de nuit tropicaux.

Il faut préciser que toutes les orchidées ne sont pas épiphytes et ne vivent pas sous les tropiques, beaucoup le font dans le sol et sous d’autres latitudes. Comme curiosité … à la « Barlia robertiana » ou orchidée géante, par exemple, on peut la trouver dans le climat méditerranéen dans les environs de Barcelone.

 

Variétés d’orchidées Phalaenopsis

Sur le plan commercial, nous ne connaissons que quelques orchidées phalaenopsis, mais le groupe taxonomique des phalenopsis comprend une soixantaine d’espèces.

 

Comment s’occuper d’une orchidée Phalaenopsis

La première chose à comprendre, pour réussir dans la culture des orchidées Phalaenopsis, c’est qu’on est face à une plante différente de celles qui sont habituellement dans la maison, c’est une épiphyte.

Leur phénologie est différente. Elles n’extraient pas les nutriments de la même manière que le reste des plantes, donc le substrat qui se trouve dans le pot, a surtout pour mission de le retenir et de conserver l’humidité dans les racines, afin q’on puisse les cultiver à la maison. Elle est une plante qui n’a pas les mêmes besoins que le reste.

Beaucoup d’orchidées cultivées à l’intérieur ont injustement une réputation de plantes délicates. Et ce qui se passe, cependant, c’est qu’elles présentent des différences notables avec le reste des espèces qu’il faut connaître. La plus remarquable est que dans leur environnement naturel, elles ne vivent pas sur la terre mais s’accrochent plutôt aux branches des arbres avec leurs racines. Elles peuvent ainsi accéder à la lumière tant convoitée dans les forêts tropicales.

 

lumière et de température

L’un des doutes que l’on a l’habitude d’assaillir avec des orchidées est « Où doit-on les mettre? » Elles sont censées être des plantes tropicales, et on associe cette information à un environnement chaud et humide. En fait le climat « tropical » est très vaste et il existe de grandes différences de température et d’humidité, selon une zone ou une région spécifique.

Comme les orchidées papillons sont tropicales, elles n’aiment pas du tout le froid, alors ici ce sont des plantes d’intérieur irrémédiablement. Elles sont confortables entre 15ºC et 30ºC . Bien sûr, plus on s’approche de 30 °C, plus il faut pulvériser leurs feuilles.

Elles n’aiment pas non plus le soleil direct, dans leur lieu d’origine, la cime des arbres filtrerait la lumière. Par conséquent, à la maison, il est préférable de les placer près d’une fenêtre, mais avec un rideau translucide. Si les feuilles reçoivent une lumière directe, elles brûlent.

Une astuce pour forcer la floraison de votre orchidée consiste à augmenter légèrement son éclairement et le contraste de température entre le jour et la nuit. Si vous êtes généralement à deux mètres de la fenêtre, rapprochez-la un peu plus. Et la nuit, changez-la pour un endroit plus froid (une galerie abritée peut servir). Pour qu’elles puissent prospérer, il doit y avoir une différence entre les températures diurnes et nocturnes d’au moins 4ºC.

 

Arrosage et besoins en humidité

orchidée phalaenopsis arrosage

Le meilleur moyen est l’immersion : plongez le pot dans un bol d’eau pendant quelques minutes, jusqu’à ce que vous constatiez que les racines sont bien hydratées. Vous constaterez qu’elles ont retrouvé leur couleur verte habituelle. Pour cela, le plat classique est une bonne idée, mais n’oubliez pas de retirer l’eau, sinon votre orchidée tombera malade.

Si vous mettez plutôt des cailloux sur la même assiette ou le même disque de manière à ce que le pot ne soit pas en contact avec le liquide mais avec les pierres, vous obtiendrez quelque chose de très bénéfique. Ce sera comme si vous simuliez certaines conditions d’humidité ambiante très nécessaires à la plante.

Il est également fortement recommandé de pulvériser régulièrement les feuilles et les racines aériennes. Mais évitez de mouiller les fleurs.

Concernant la fréquence d’arrosage? elle dépendra du type de substrat, de la température et de l’humidité ambiante. À titre indicatif, deux fois par semaine en été et tous les 10 jours en hiver, cela peut être une bonne pratique. Le dernier mot, cependant, c’est votre orchidée ; ne perdez pas de vue ses racines et ses feuilles.

Pour arroser correctement votre orchidée, vous devez faire attention aux signes de la plante et du substrat. Il faut
arroser lorsque le substrat est sec. Une astuce consiste à regarder les racines de la plante que l’on voit à travers le pot transparent. Si les racines sont blanchâtres, il est temps d’arroser. Si les racines sont vertes, la plante tient encore sans irrigation.

On peut aussi arroser comme n’importe quelle autre plante, en versant l’eau par-dessus, mais avec la précaution de n’arroser que le substrat.

En hiver (ou au milieu de l’été) avec le chauffage à fond, l’humidité des pièces baisse beaucoup et cela nuit aux orchidées. Il y a deux façons de résoudre ce problème : soit en pulvérisant les plantes de temps en temps, soit en plaçant, comme on a dit ci-dessus, un plat avec de l’eau, en veillant à ce que les racines ne soient pas en contact direct avec l’eau. utiliser des cailloux pour éviter le contact direct.

Si on pulvérise, il faut éviter de le faire sur les fleurs. Quant à l’eau, elles ne supportent pas l’eau du robinet. A l’état naturel, l’eau est douce et ne contient pratiquement pas de sels minéraux. L’eau du robinet contient généralement beaucoup de sels minéraux, principalement à cause du chlore. Ces sels s’accumulent dans le substrat et les racines, ce qui endommage gravement la plante.

orchidée phalaenopsis suspendue

Il est conseillé d’utiliser l’eau de pluie, mais on peut la remplacer par de l’eau filtrée ou de l’eau en bouteille, pauvre en sels minéraux.

 

Le substrat pour les orchidées Phalaenopsis

De temps en temps, lors de l’hydratation, il est bon de leur fournir un peu de nourriture liquide. Pensez que le substrat utilisé pour le Phalaenopsis est assez pauvre. Il existe des engrais spéciaux pour les orchidées que vous pouvez appliquer.

Toutes les 3 semaines, du printemps à l’automne, cela peut être suffisant. Mouillez d’abord le substrat avec de l’eau, puis ajoutez l’engrais et submergez à nouveau le pot. De cette façon, la plante subira moins la concentration de sels minéraux.

jamais utiliser de substrat de jardin normal pour cultiver des orchidées Phalaenopsis.

Le plus courant est qu’il soit composé principalement d’écorce de pin, mais on peut trouver du liège, du charbon, du polystyrène, voire de la vermiculite, une pierre traitée dont le seul but est de retenir les nutriments et l’humidité. Voici quelques-uns des éléments qu’il peut contenir, mais il y en a beaucoup d’autres, mais tous avec des caractéristiques communes : spongieuse, résistante, légère et en même temps, capable de stocker l’eau et les nutriments.

Bien que vous puissiez faire votre propre substrat à la maison, en faisant un mélange de ces éléments, le plus raisonnable est d’acheter un substrat spécial pour orchidées, qui est déjà préparé.

 

Transplantation, changement de substrat

Ces orchidées épiphytes, dans leur habitat, extraient l’humidité de l’air, de la pluie ou de l’écorce humide de l’arbre lui-même. Elles n’aiment donc pas les substrats trop humides, et encore moins les mares. Elles ont besoin d’une base qui sert fondamentalement de support aux racines.

Vous pouvez faire vous-même le composé en mélangeant de l’écorce de pin, des coquilles de noix, du liège, du charbon de bois et des pierres de rivière. Mais il assez facile de trouver du substrat pour les orchidées dans n’importe quelle jardinerie.

Le récipient idéal pour le Phalaenopsis doit être transparent, car les racines effectuent également la photosynthèse. De plus, celles-ci, qui dans de bonnes conditions d’hydratation paraissent vertes, lorsqu’elles manquent d’eau, deviennent blanchâtres, ce qui vous donne une piste précieuse pour l’irrigation car vous pouvez les controler à travers le pot transparent.

Les orchidées Phalaenopsis doivent être changées régulièrement. Idéalement, une fois par an, ou au moins tous les deux ans.
La raison en est que le substrat se détériore et s’agglutine, empêchant les racines de recevoir tout l’air dont elles ont besoin.

De plus, avec le temps, les sels provenant de l’irrigation ou des engrais s’accumulent. Ceux-ci nuisent gravement à la plante, et peuvent éventuellement provoquer sa mort. Parfois, parce que la plante a beaucoup grandi, il est pratique de la changer de pot pour un plus grand.

Le changement de pot ou de substrat doit se faire pendant la période de repos, jamais pendant la floraison.

 

Nutriments et engrais

Les orchidées doivent être fertilisées pendant la période de croissance. Sous notre climat, c’est à la fin de l’hiver et au début du printemps, jusqu’à l’automne.

Il est logique d’utiliser des engrais spécifiques pour les orchidées, qui sont liquides et sont administrés par irrigation ou de manière foliaire, par pulvérisation de la plante.

Il existe deux types d’engrais. Certains avec une concentration plus élevée d’azote, conçus pour la croissance de la plante et un autre avec une concentration plus faible d’azote, augmentant le phosphore et le potassium, pour une floraison plus importante et meilleure. La fréquence d’apport de l’engrais est généralement de trois semaines, mais il est préférable de suivre les instructions du fabricant.

 

Comment tailler une orchidée Phalaenopsis

Il n’y a pas de consensus parmi les jardiniers concernant ce sujet. Si certains pensent que c’est une bonne idée de couper le bâton floral une fois que les fleurs sont tombées, d’autres pensent que ce n’est pas une bonne idée. Si la tige sèche, il est préférable de la couper.

Cependant, les orchidées Phalaenopsis développent généralement des boutures enracinées ou keikis, à partir des bourgeons inférieurs des bâtonnets floraux.

Une autre possibilité est que votre Phalaenopsis produise des keikis. On les appelle donc les pousses qui génèrent les orchidées dans ces tiges, et qui sont identiques à la plante mère.

Lorsque les keikis ont développé suffisamment de racines, ils peuvent être séparés et plantés dans un autre pot. C’est une technique très simple avec laquelle vous pouvez multiplier vos orchidées. N’hésitez pas à essayer.

Vous pouvez tailler le premier nœud du bâton floral, sous les fleurs. Deux choses peuvent arriver, qu’un nouveau bâton floral apparaisse et que vous ayez une deuxième floraison ou que vous ayez un keiki, avec ce dont vous pouvez profiter pour multiplier votre orchidée.

Les fleurs de la Phalaenopsis sont durables. Elles peuvent durer quelques mois. Mais il viendra un moment où il faudra couper les tiges des fleurs pour favoriser la nouvelle floraison. Comment ? Localisez les jaunes des tiges et coupez-les en diagonale juste au-dessus du deuxième comptage à partir de la base.

Si vous ne coupez pas les bâtonnets une fois qu’ils ont dépassé leurs fleurs, ils refleuriront mais avec des fleurs plus petites.

 

Conseils pour l’achat d’orchidées Phalaenopsis

Vous pouvez acheter une Phalaenopsis, en choisissant la variété qui vous convient. Avant d’acheter une orchidée, vous devez examiner plusieurs détails :

Les racines doivent être de couleur vert intense et avoir une bonne taille. Des racines brunes ou noires indiquent que la plante a de sérieux problèmes et risque de ne pas survivre.

Les feuilles doivent être lisses, fermes et d’une couleur verte intense. Ne faites pas confiance aux plantes qui présentent des taches sur les feuilles, des rides ou un vert pâle.

Si vous ne pouvez pas voir les racines, parce qu’elles les ont placées dans un pot qui les cache, méfiez-vous.